Accéder au contenu principal

Dialogues en Humanité 2013 : demandez (et faites) le programme !

dialogues+en+humanité+parc+tête+d'Or
Osons la métamorphose pour réussir le 21ème siècle ! Éveillez votre curiosité par le jeu, l’intelligence du corps et du cœur dans les ateliers du sensible pour vous former au discernement... 
Comme chaque année, les dialogues en humanité proposent, au coeur du Parc de la tête d'Or, d'écouter, échanger, innover, fertiliser pendant les agoras, temps de coopération-action, témoignages de vies croisées.
 Venez déguster midi et soir, cuisines du monde, produit de proximité, pic nique... 
Trois jours en fête, théâtre, danses, musiques du monde à l’ombre des arbres centenaires.    Laissez-vous surprendre par des rencontres avec les invités de tous les continents, venez dialoguer avec des femmes engagées, chercheuses très investies dans l’environnement et «la cause humaine».
Cyria Emelianoff est maître de conférences en géographie et aménagement à l’université du Maine. Elle travaille notamment sur les politiques urbaines de développement durable en Europe et en Russie, ainsi que sur les mobilisations environnementales locales. Elle a mené de nombreuses collaborations internationales sur ces thématiques de recherches tout en étant très investie dans la conservation des liens et des rencontres locales et régionales. 
Nathalie Blanc est directrice de recherche au CNRS et géo poète. Son activité de recherche concerne la nature en ville et l’esthétique environnementale comme théorie et expérimentation. Elle a notamment travaillé sur l’investissement habitants-des milieux de vie, et fut également vice présidente du comité d’évaluation du programme «Changements environnementaux planétaires » de l’Agence Nationale de la Recherche. 
Débora Nunes est architecte et urbaniste. Elle dirige une filière de recherches sur la «Participation populaire, le développement local et l’économie solidaire ». Investie dans les quartiers populaires de Salvador et pour impulser les initiatives des habitants de ces quartiers, elle a fondé en 1999 l’ONG Réseau de professionnels solidaires pour la citoyenneté (REDE) et, en 2001 à l’UNIFACS de Salvador, le Bureau de services gratuits d’architecture et d’ingénierie. Elle est également l'organisatrice des Dialogues en humanité à Salvador de Bahia depuis 2010. 

 Vous pourrez rencontrer aussi le directeur du Centre d'Études sur Gandhi en Inde, Jeevan Kumar, et goûter la profondeur de la sagesse de Alba Maria Xama fondatrice d'un éco village au Brésil, experte en plantes amazoniennes, parmi des centaines de participants qui se donnent rendez vous à Lyon, pour des palabres à l'africaine. Cette année nous explorerons parmi d'autres thèmes pourquoi les personnes qui s'investissent dans la préservation du « tissu de vie » de proximité ont en même temps une conscience aiguë des enjeux globaux ? Pourquoi s'agit il le plus souvent de femmes ? Comment valoriser ces leviers pour réussir le 21ème siècle ? Les Dialogues en humanité …
 Ailleurs 
Dialogues en humanité de Hammamet - Tunisie 
En amont du Forum Social Mondial qui s’est déroulé en Tunisie du 26 au 30 mars 2013, les premiers Dialogues en humanité en Tunisie ont contribué à une profonde action interculturelle et intergénérationnelle sous les arbres du Centre Culturel International de Hammamet les 24 et 25 mars 2013. Nos amis tunisiens ont choisi de partager leur créativité et leurs engagements en résonance avec le monde sur « De quoi sommes-nous riches ? Poser la question humaine comme question politique. Comment développer nos capacités à penser l’autre, non comme un ennemi mais comme une richesse ? » Pour se donner confiance dans notre capacité à changer ce qui hier encore semblait irréversible, pour comprendre les expériences au Brésil, en Tunisie, pour s'enrichir de pratiques émancipatrices et d'éducation populaire, pour faire face aux défis que vivent les pays du printemps arabe, de manière collective et participative. 
 Les ateliers du sensible et de formation au discernement et les dialogues contribuent d'une autre façon au chemin d'espérance. Y compris dans la construction quotidienne de solidarité avec les réfugiés sur la frontière libyenne, les témoignages de femmes, de jeunes et d’artistes impliqués stimulent un irrépressible désir de haute qualité démocratique. La lutte pour la dignité et les droits des femmes en particulier se conjugue avec la volonté de devenir acteur de sa vie et dans la société.

 Témoignages des éditions antérieures… 
Stéphane Hessel interviewé par Françoise Nowak le 7 juillet 2007 dans le parc de la Tête d'Or 
F. Nowak: Aviez vous participé, par le passé, à d’autres Dialogues en humanité ? 
S. Hessel: Oui, pour leur première saison, en 2003, époque où cet événement était programmé au couvent de la Tourette, un bâtiment construit par Le Corbusier. Cette année-là, nous avions planché sur la définition même du mot « humanité ». Cela avait été l’occasion de réaliser, à partir d’expériences concrètes, combien chacun de nous doit surmonter son trop-plein… d’inhumanité au profit d’une humanité revendiquée, combien il est nécessaire de conquérir (et le mot n’est pas trop fort !) sa propre humanité. Dès cette première fois, ce qui était à l’ordre du jour, c’était d’effectuer une nouvelle prise de conscience pour échapper aux idéologies, de mettre à plat nos valeurs morales, et d’interroger le monde à partir de ces valeurs. Pour moi, il y a un lien très puissant entre la démarche de faire émerger une déclaration universelle des droits de l’homme, menée par les Nations Unies, dans les années 1940, celle de programmer des Dialogues en humanité, sous tendus par la pensée de Patrick Viveret, et le travail réalisé de longue date avec lui, au Centre international Pierre Mendès-France : dans cette structure, des spécialistes mettent en commun leurs approches très diverses -philosophique, scientifique ou politique- en vue d’oeuvrer à la construction d’une société plus juste et plus humaine.
 F. Nowak: Au final, qu’avez-vous retiré des Dialogues en humanité de cette année ?
 S. Hessel: Une grande satisfaction, déjà parce que j’aime m’informer sur tout. Par ailleurs, je n’ai pas l’intention d’être encore longtemps très actif. Savoir que ces gens existent, qu’ils prennent en quelque sorte « le relais », est très important pour moi. Enfin, j’ai aussi trouvé du bonheur à être de ces journées : quand on apporte de l’espérance à un groupe, on en retire soi-même autant de bienfait que le groupe concerné.

 Participez à l'événement ! 
Animez un atelier : seul ou en collaboration avec une autre structure Venez raconter une expérience forte en humanité Participez à une agora
 Devenez bénévole : tous les savoirs- faire sont les bienvenus! le programme est en ligne dialoguesenhumanite.org

Commentaires

Actuellement sur LYFtvNews :